arca-platform

Remise d’agréments aux six premières sociétés d’assurance !

L’Autorité de régulation et de contrôle des assurances (ARCA) a procédé, ce mardi 30 avril 2019, à la remise officielle d’agréments aux six premières sociétés d’assurance. Le directeur général ai., Alain Kaninda leur a invité à travailler dans le développement d’un marché dynamique, inclusif équitable et conforme aux standards internationaux.

En effet, cette remise de documents d’agrément a concerné quatre sociétés d’assurances et deux sociétés de courtage.

Pour les sociétés d’assurance, Activa Assurance RDC, Rawsur RDC et Société financière d’assurance Congo (SFA) opèrent dans la branche «Non vie». Une seule, à savoir : Rawsur Life cible la branche «assurance vie». Alors que Gras Savoye RDC et Allied Insurance Brokers Sarl (AIB) sont les sociétés de courtage concernées.

Les dirigeants de ces sociétés respectives ont reçu leurs documents des mains des responsables de l’ARCA.

RDC : ARCA, remise d'agréments aux six premières sociétés d'assurance ! 2

Alain Kaninda, le directeur général de l’ARCA, a eu des mots justes pour placer ces premiers acteurs d’un marché concurrentiel devant leurs responsabilités

« Nous souhaitons que vous soyez pleinement conscients de la responsabilité qui est dorénavant la votre vis-à-vis de l’attente de la population, de l’Etat, du régulateur pour le développement économique de notre pays. Vos actions vont pleinement s’inscrire dans un processus de création et de mobilisation de richesses servant à soutenir, à financer et à renforcer la mission économique », a-t-il recommandé.

Pour y parvenir, a précisé Alain Kaninda, cela exige une dynamique impliquant les assureurs via leur association à mettre en place, la Banque centrale du Congo, l’Association congolaise de banques (ACB), et l’Autorité de régulation et de contrôle des assurances (ARCA).

A lui d’insister : « nous devons nous approprier les effets structurant des assurances : la stimulation de croissance, l’augmentation de de la résilience de notre économie face aux aléas extrêmes, la canalisation de l’épargne, l’investissement à moyen et long termes, sans compter l’apparition des nouveaux projets d’infrastructures en faveur du développement et d’attrait des nouveaux investisseurs que les assurances discuteront.»

Si la réussite de la libéralisation du secteur des assurances en RDC dépendra de l’implication de tous les acteurs politiques et économiques dans le respect du Code des assurances, l’ARCA entend toujours prôner la pratique de collaboration afin d’impliquer et responsabiliser chacun dans ses attributions respectives.

Eric TSHIKUMA